24. LA VIE DE L’HOMME NE S’ACHEVE PAS AVEC LA MORT, AVEC LA MORT SEUL SON CORPS PHYSIQUE S’ETEINT



L’opinion selon laquelle la vie de l’homme sur Terre s’achève par sa mort, qui met fin, également pour toujours, à sa responsabilité pour avoir vécu sur Terre de manière bonne et honnête ou de manière mauvaise et malhonnête, est totalement erronée. La mort de l’homme n’est que sa renaissance dans un monde spirituel, dans lequel les gens possèdent leur citoyenneté depuis des temps immémoriaux. « Car ici (sur Terre) nous n’avons pas de domicile fixe. (Aux Juifs 13, 14) « Mais notre cité à nous est dans les Cieux, … » (Aux Philippiens 3, 20) Dans le monde spirituel, l’homme vit la deuxième partie de sa vie dans laquelle se déroulent l’évaluation et la récompense pour la vie qu’il vient de finir sur Terre. L’instrument de mesure du bien et du mal est depuis des temps immémoriaux la loi naturelle morale, ci-après dénommée Loi, que l’on appelle Loi de la sagesse, de l’amour et de la justice. L’opinion selon laquelle il est aussi possible de faire du mal pour qu’il n’y ait plus que du bien est trompeuse pour l’homme. La deuxième partie de la vie de l’homme s’achève par sa renaissance auprès de nouveaux parents sur la Terre, choisis pour lui par des êtres spirituels. Aujourd’hui, on appelle ce retour réincarnation, sans laquelle la formation de l’homme à l’image du Créateur, divisée en sept jours cosmiques, ne serait pas possible. Actuellement se déroule la fin du quatrième jour cosmique. Que les gens se décident à devenir lumière, nullement obscurité, c’est-à-dire des serviteurs du mal et un déchet de l’évolution, ne dépend que d’eux. A l’origine, la réincarnation faisait partie des secrets spirituels, mais des informations formelles sur l’existence  de la réincarnation dans la Bible existent pourtant: «  Et, si vous voulez le comprendre, c’est lui (Jean Baptiste)  qui est l’Élie qui devait venir. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. (Mathieu 11, 14.15) Le prophète Élie vécut sous le règne d’Achab (875-853), roi du nord d’Israël. La traduction de la Bible par Luther parle aussi de la réincarnation : « Ich bin nacket von meiner Mutter Leibe gekommen; nacket werde ich wieder dahinfahren. »  (Hiob 1, 21) La brochure tchèque de František Venzara Reinkarnace v Bibli – La réincarnation dans la Bible (SPMZ, Štěpánov u Olomouce 2004, ISBN 80-86519-09-0), informe sur la réincarnation dans la Bible.
L’existence pleine et ininterrompue de la vie des gens et leur liberté de choix entre le bien et le mal, la lumière et l’obscurité, est avant tout assurée par l’esprit humain, au sujet duquel nous lisons dans la Bible : «  C'est l’esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. » (Jean 6, 63) « Le souffle de l’homme est une lampe de l’Eternel.“ (Proverbe 20, 27) La Bible nous informe comme suit du sens et du but de la vie humaine : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. » (1ère parole à Moïse 1, 26) Cette ressemblance est spirituelle et rapprocher les hommes de cet objectif spirituel ne peut être assuré que par une spiritualisation graduelle de l’ensemble de l’homme à l’aide de l’éducation et d’une auto-éducation. Mais l’homme entier n’est pas fait que d’une pièce, il est en trois parties : « Que le Dieu de Paix vous sanctifie lui-même … et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps soit conservé. » (1 Thessaloniciens 5, 23) Toutes les parties du corps humain, y compris l’esprit humain, doivent être développées par une spiritualisation continue.
Nous lisons l’information biblique suivante sur l’éducation prodiguée par notre Père céleste : « Nos pères corporels nous ont éduqué à leur idée et seulement pour une courte durée, tandis que le Père céleste nous éduque vers un but supérieur, pour prendre part à sa sainteté. » (Aux Juifs 12, 10)  Le mot Père suppose aussi l’existence d’une Mère : « Est-ce que je prends plaisir à voir le méchant mourir déclare le Seigneur l’Eternel. N’est-ce pas plutôt à le voir changer de conduite et vivre ? » (Ezéchiel 18, 23) « Je ne te délaisserai ni ne t’abandonnerai. Fortifie-toi et aie bon courage t’appliquant à agir selon toute la Loi. Ne t’en détourne ni à droite ni à gauche; médite-la jour et nuit en t’appliquant à agir selon tout ce qui y est écrit. » (Josué 1, 5.7) « Et l’affection de la chair c’est la mort. » (Aux Romains 8, 6) La Bible décrit comme suit la situation dans la société dans laquelle le développement de la morale, c’est-à-dire l’évolution du caractère humain et de sa condition n’est pas la priorité des pouvoirs publics et des partis politiques: «  Et la délivrance s’est retirée, Et le salut se tient éloigné; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher. » (Esaïe 59, 14)

            Le principe du sommeil et de la mort est le même. Ce principe est l’absence du Moi spirituel humain dans l’homme. Dans le cas du sommeil, cette absence ne dure qu’une seule nuit,  dans le cas de la mort elle dure de nombreuses années, car l’Ange de la mort a interrompu (coupé, rompu, tranché) le lien du Moi avec le corps physique par un ruban dans l’éther et a ainsi empêché un retour du Moi dans son corps physique. L’exemple tchèque de la réincarnation est maître Jan Hus, brûlé vif à Kostnice le 6 juillet 1415, réincarné en tant que Jan Amos Komenský, disciple des peuples (1592-1670). Celui-ci s’est réincarné en tant que  Tomáš Masaryk (1850-1937) et il a été le premier président de la Tchécoslovaquie. Au sujet du principe de la mort, nous lisons dans la Bible : « Souviens-toi de ton Créateur avant que le câble d’argent se détache et que la poussière retourne à la terre comme elle y avait été et que l’Esprit retourne à Dieu qui l’a donné. »  (Ecclésiaste 12, 6.7)

            Les informations ultérieures les plus récentes sur l’esprit humain et la mort sont prises dans l’œuvre de la chercheuse spirituelle Alma Excelsior (1887-1956), qui a vécu à Boskovice en Moravie, plus particulièrement de son livre O reinkarnaci, karmě a o posmrtném životě člověka v kámaloce - De la réincarnation, du karma et de la vie post-mortem dans le Kamaloka.  (ISBN 80-86519-07-4, 2004) Son œuvre littéraire peut être comparée à la signification des préceptes de Jésus, qui ont approfondi la connaissance spirituelle de l’Ancien Testament et nous sommes convaincus que cette œuvre deviendra une base idéologique non seulement pour la Tchéquie, mais aussi pour les nations environnantes.              

            Tout de suite après l’interruption du lien du Moi spirituel et du corps physique de l’homme, lorsque l’Ange du tribunal accomplit le jugement de son âme, il lui montre dans le livre de l’homme également ses œuvres humaines, de l’heure de sa mort à sa naissance. L’homme voit ce qu’il a fait de bon et de mal du point de vue de la Loi. Par la mort, les forces du bien et du mal ne sont pas détruites, elles sont toutefois séparées les unes des autres et divisées. Dans le même temps, son corps astral se libère et se répand dans le cosmos et il est classé selon les sept forces planétaires en sept enveloppes, des écorces qui sont la base pour vivre une libération des terrains astraux et des passions dans un lieu appelé Kamaloka. Le Moi spirituel de l’homme est l’axe du corps astral et des autres composantes de l’homme dans le Kamaloka. La création de ce corps dure 28 jours à compter de l’interruption du lien de l’esprit humain et du corps physique. Puis l’homme descend pour vivre le Kamaloka. Les gens qui ne croient pas en l’existence du monde spirituel ne peuvent entrer dans le Kamaloka qu’après avoir reconnu que le monde spirituel existe. Une impulsion pour cette reconnaissance peut être de vivre la décomposition de leur corps physique dans la tombe. La longueur du Kamaloka est diverse et dépend de l’épaisseur des enveloppes, des écorces. Dans le Kamaloka, l’homme répète sa propre vie, de la naissance à la mort de façon à ressentir lui-même tout ce qu’il a fait de mal aux autres. Les gens restent dans le Kamaloka jusqu’à ce qu’ils aient travaillé toutes leur enveloppes, écorces contenant le mal illégal. Le résultat de cette expérience est la conscience de l’homme. Seuls les enfants mourant avant sept ans ne vivent pas le Kamaloka et ceux-ci peuvent même renaître avec les mêmes parents. Normalement, le Kamaloka dure environ un tiers de la vie. Les suicidés, qui pensent échapper à une peine méritée ou, en tant que terroristes, obtenir des louange de Dieu, ont la position la pire. Leur souffrance est très grande. Chaque suicide est une révolte contre la volonté divine. Après la fin du Kamaloka de toutes leurs enveloppes, écorces, les gens sont transférés dans une sphère spirituelle supérieure, appelée Dévachan, dans laquelle ils vivent le bien qu’ils ont mérité par leur vie conformément à la Loi. Après une période plus ou moins longue, ils retournent à nouveau dans une nouvelle 1ère partie, la phase de vie sur Terre, car seul sur Terre les gens peuvent se nettoyer du mal commis auparavant physiquement et mettre ainsi à bas leur fardeau, leur évaluation négative qui leur ferait obstacle dans leur principale priorité de vie, c’est-à-dire une spiritualisation par une vie impersonnelle conformément à la Loi. Combien de partis politiques et combien de pouvoirs publics ont-ils toutefois dans leurs programmes en tant que priorité de créer les conditions pour une éducation morale et une auto-éducation des citoyens conformément à la Loi et aider ainsi (servir) les citoyens à remplir le sens de leur existence sur la planète Terre ? Existe-t-il sans doute quelque part en Europe une faculté pédagogique ou une école supérieure d’éducation morale à la démocratie ? La vie elle-même nous prouve aujourd’hui que la morale est plus importante que le pouvoir humain, l’argent et l’économie, car seule la morale est, selon la Loi, une source de confiance pour les rapports mutuels entre les gens et leurs organisations.


František Venzara   6/2012





<< RETOUR

 

Cтарт / Start: 1.3.2007
Oригинал / Original: www.spmz.info
SPMZ • Nádražní 28, 783 13 Štěpánov u Olomouce
Czech republic

IBAN: CZ81 0300 000 0002 5734 6517
BIC: CEKOCZPP

thank you for your support!