22. Qui paie le bal mène la danse !


Ce proverbe reflète la situation où une personne, qui dépend vitalement de son supérieur, se voit contrainte de danser ce qu'il souhaite, c'est-à-dire de se comporter selon ses exigences. Les enfants d'une famille ou les employés d'une entreprise en sont des exemples. Au Moyen Âge, les serfs étaient dans une situation bien pire encore. Les esclaves de l'antiquité n'étaient même pas considérés comme des Hommes, mais comme des choses dont les propriétaires pouvaient librement disposer. Tous les Hommes sont aujourd'hui subordonnés au pouvoir étatique. Mais même ce pouvoir étatique n'a jamais été et ne sera jamais le premier et le plus important nourricier qui n'est autre que la Nature qui a programmé la naissance du grain et de l'Homme et qui a créé les conditions extérieures nécessaires à leurs croissances, conditions créées par le Soleil et la planète Terre. Ces conditions comprennent la chanson de la Nature qui représente la Loi, le Règlement moral naturel (ci-après désigné la Loi) que l'Homme ne doit pas obligatoirement respecter dans le cadre de la liberté que la Nature lui a offerte. Il est pourtant vrai que l'on récolte ce que l'on sème.
Il est évident que les conditions de vie et les destins des individus, des familles, des nations et des races sont inégaux, mais ces différences ne suffisent pas pour pouvoir affirmer qu'il n'existe aucune règle juste dans le développement de l'empire humain car pour cela il est important de connaître les causes initiales de ces différences (ceux qui chantent et ceux qui ne chantent pas la chanson de la Loi). Le fait que l'Homme ne sache pas ne peut pas être considéré comme la preuve que quelque chose existe ou n'existe pas. Refuser l'existence d'une règle juste ouvre la porte à la criminalité, à l'amoralité et au totalitarisme dans l'esprit humain. Ce n'est que lorsque l'Homme murit et reconnaît la Loi et qu'il commence à y adapter ses pensées, ses sentiments, ses objectifs, ses mots, ses actes de façon totalement libre, malgré les obstacles intérieurs et extérieurs, que les pensées de l'Homme créent des frontières qui lui permettent de distinguer les démocrates et les non démocrates. La même frontière de pensées distingue la conception démocratique de la conception non démocratique que l'on peut avoir du monde. On ne peut vivre bien, en toute sécurité, sans misère et sans endettement que là où l'on chante la chanson de la Nature, et non pas une chanson d'égoïsme personnel ou de groupe.

Fait à Štěpánov u Olomouce, le 1er juin 2003, SPMZ, František Venzara

 

<< RETOUR

 

Cтарт / Start: 1.3.2007
Oригинал / Original: www.spmz.info
SPMZ • Nádražní 28, 783 13 Štěpánov u Olomouce
Czech republic

IBAN: CZ81 0300 000 0002 5734 6517
BIC: CEKOCZPP

thank you for your support!