17. Extraits du livre de Peter Russel DE LA SCIENCE À DIEU - Le voyage d'un physicien dans les mystères de la conscience, Dybbuk, Prague 2008 (Jan Šavrda, Sekaninova 12, Prague 2, Tél. : 224 938 124) (De l'original anglais From Science to God, éditeur New World Library à Novato en 2005).



Comment l'hydrogène, le plus simple des éléments, s'est-il développé en un être comme nous, un être capable de refléter l'incommensurabilité de l'univers, de comprendre son fonctionnement et même d'analyser les mathématiques de l'hydrogène ? Comment ce gaz transparent a-t-il pu donner naissance à un système conscient de sa propre existence ? (Page 19, seul le numéro de page est ensuite indiqué.)
La conscience ne se compose pas de matière. Et la matière, comme nous le supposons, n'a pas de conscience. (30) Comment la conscience, si immatérielle, a-t-elle pu naître d'un élément si inconscient que la matière ? Je crois aujourd'hui que nous devrions cesser de nous efforcer à expliquer la conscience dans les termes du monde matériel et tenter de développer une nouvelle approche mondiale selon laquelle la conscience serait un constituant élémentaire de la réalité. (32)

Dans la réalité de la physique, le son n'existe pas puisqu'il ne s'agit que d'ondes de pression traversant l'air. Le son n'est en fait qu'une simple impression de l'esprit du récepteur, et cela qu'il s'agisse d'un Homme, d'un cerf, d'un oiseau ou d'une fourmi. Dans le monde de la physique, la lumière présente diverses fréquences, mais la lumière en elle-même n'a en fait aucune couleur, tout comme les impulsions électriques qui circulent depuis l'œil vers le cerveau. Le vert que nous voyons n'est qu'une caractéristique créée par la conscience. Il n'existe que comme une impression subjective de notre esprit. (41)

Il existe en fait autant de façons de percevoir le monde que de formes de vie dans l'univers. Ce que nous considérons comme une réalité est en somme un mode concret de perception et d'interprétation du monde physique par l'esprit humain. (49) Tout ce que nous connaissons n'est que le résultat de notre perception et de notre imagination ; chaque couleur, chaque son, chaque pensée n'est qu'une forme créée par notre esprit. Dans notre monde, tout est créé par la conscience. (52)

Imaginez le noyau d'un atome agrandi à la taille d'un grain de riz. L'ensemble de l'atome aurait ensuite la taille d'un stade de football et les électrons seraient d'autres grains de riz volant autour des tribunes. Au début du vingtième siècle, le physicien britannique sir Arthur Eddington déclara : « La substance n'est en fait qu'un espace effroyablement vide ». Pour être plus précis, il représente 99,0000000 pourcents de vide. Si la réalité physique est essentiellement un espace vide, pourquoi le monde nous paraît-t-il si massif et si solide ? Pourquoi les 99,9... pourcents d'espace vide de mes mains ne traversent-ils pas tout simplement les 99,9... pourcents d'espace vide dont est constituée la table? L'explication la plus simple est celle selon laquelle les électrons se déplacent si vite autour du noyau qu'ils forment une couche normalement impénétrable pour les autres particules. Imaginez une personne faisant tourner un poids autour d'elle : vous ne pourrez jamais vous en approcher suffisamment pour pouvoir la toucher car le poids en rotation vous tient à l'écart. Il en est de même lorsque deux atomes se rencontrent. Leurs électrons en orbite les empêchent de passer l'un à travers l'autre, ces atomes se comportent comme des sphères solides. (46) Quoi que la matière soit, il y en a très peu, elle est en fait presque inexistante. (47)

Lorsque les physiciens affirment que rien ne peut atteindre la vitesse de la lumière, ils parlent des objets matériels. Einstein a démontré qu'une accélération des vitesses n'entraîne pas uniquement une modification de l'espace et du temps, mais aussi de la matière. Dans le cas de la matière, il s'agit cependant plutôt d'une croissance que d'une réduction : plus le mouvement est rapide, plus la quantité de matière augmente. Si un élément venait à atteindre la vitesse de la lumière, sa matière deviendrait infinie. Pourtant, pour permettre le mouvement d'une quantité infinie de matière, il serait nécessaire de disposer d'une quantité infinie d'énergie, plus grande encore que toute celle disponible dans l'univers. Comme l'affirment les scientifiques, rien ne peut donc atteindre la vitesse de la lumière. Rien à l'exception de la lumière. La lumière circule à la vitesse de la lumière. Et cela parce qu'il ne s'agit pas d'un élément matériel : sa matière est toujours égale à zéro. Imaginons un observateur sans matière (qui ne soit qu'un esprit sans corps) qui se déplace à la vitesse de la lumière. Les équations d'Einstein supposeraient que, du point de vue de la lumière, cet observateur ne se déplace pas et que cela ne lui prend aucun temps. Cela révèle quelque chose de très particulier sur la lumière. Quoi que soit la lumière, il semblerait qu'elle n'existe que dans un monde où il n'existe ni passé et ni futur. Seul le présent y existe. (58)

La lumière physique n'est pas matérielle et elle ne fait pas partie du monde matériel. Et il en est de même de la conscience : elle est immatérielle. La lumière physique semble être la base de l'univers. Il en est de même de la lumière de la conscience qui est une base sans laquelle nous ne pourrions rien vivre. (64)

Tout ce que nous vivons est créé par notre conscience. Le sentiment selon lequel nous sommes tous des êtres uniques n'est qu'une simple construction de l'esprit. De façon naturelle, nous imaginons notre égo au centre du monde perçu et cela nous donne le sentiment de nous trouver à l'intérieur du monde. La vérité est pourtant tout à fait contraire : tout est à l'intérieur de nous. Vous ne vous trouvez pas dans l'espace. L'espace se trouve en vous. (74)

La conscience est la source et la créatrice de tout ce que nous connaissons. (80) L'opinion scientifique mondiale actuelle croit que la conscience apparaît à partir de l'espace, du temps et de la matière. Ce modèle de pensée matérialiste de la réalité affirme que l'état de nos pensées dépend des évènements ayant lieu dans le monde de l'espace, du temps et de la matière. Si nous regardons le monde en considérant que tout ce que nous connaissons est une construction de notre conscience, tout change alors. Avec un tel changement de regard, la tranquillité de notre esprit n'est plus déterminée par ce que nous avons ou ce que nous faisons dans le monde matériel. Nous avons créé notre propre perception du monde. (82)

Lorsque la science commencera à voir la conscience comme une caractéristique élémentaire de la réalité et que la religion commencera à voir Dieu comme une lumière de la conscience qui brille en chacun de nous, alors ces deux vues du monde commenceront enfin à se rapprocher. Aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin d'une approche du monde qui prenne en considération la recherche spirituelle car c'est justement la pauvreté spirituelle de notre époque qui est à l'origine de nombreuses crises. (100)

Le plus chacun d'entre nous se développe, le plus nous pouvons proposer aux autres. Et le plus notre développement sera grand, le plus nous apporterons à l'éveil collectif. Cette rétroaction mutuelle ne mène pas uniquement à une plus grande accessibilité des informations et de la conduite pour le développement intérieur, mais aussi à une meilleure compréhension et à une sagesse élémentaire. (105) Aucune nouvelle connaissance n'est nécessaire dans ce domaine, mais uniquement une reformulation de la sagesse intemporelle dans le contexte actuel. (106)

Pendant de nombreux siècles, notre approche du monde était basée sur l'hypothèse que le monde réel se compose d'espace, de temps et de matière. Ce modèle matériel expliquait avec succès la plupart des phénomènes et secrets temporels, il les expliquait d'ailleurs si bien qu'il évinçait l'existence de Dieu. Les astronomes regardaient profondément dans l'univers extérieur jusqu'aux extrémités de l'univers. Les cosmologues regardaient profondément en arrière jusqu'aux origines de l'univers. Et les physiciens regardaient profondément dans la structure de la matière jusqu'aux composants élémentaires de l'univers. Aucun d'entre eux n'a trouvé de preuves de l'existence de Dieu, ni même le sentiment d'avoir besoin de son existence. L'univers semble même fonctionner sans l'aide divine. Il y a trente ans, j'acceptais cette logique. Mais aujourd'hui, je prends conscience que le concept de Dieu, tel que la science et moi l'avions refusé, est naïf et passé. ... Si nous souhaitons trouver Dieu, nous devons regarder en nous, profondément dans nos esprit, dans un monde qui attend encore d'être exploré par la science; (107) (Remarque SPMZ : Cet espoir a déjà été comblé par la chercheuse spirituelle morave Marie Kubištová (1887-1956), plus connue sous le nom littéraire et spirituel d'Alma Excelsior.)

 

<< RETOUR

 

Cтарт / Start: 1.3.2007
Oригинал / Original: www.spmz.info
SPMZ • Nádražní 28, 783 13 Štěpánov u Olomouce
Czech republic

IBAN: CZ81 0300 000 0002 5734 6517
BIC: CEKOCZPP

thank you for your support!