13. L’ETHIQUE DE LA BIBLE


L’éthique est la science de la moralité des gens. La moralité est la composante la plus importante de chaque opinion mondiale. Chaque moralité dont la source et la base n’est pas la loi morale naturelle invariable, ci-après dénommée Loi, mais les gens eux-mêmes, peut être considérée comme de mauvaise qualité et dangereuse. La moralité décide de la qualité de l’opinion internationale de l’individu, des organisations de gens les plus diverses, des organisations bienfaitrices ou criminelles, religieuses et nationales. La moralité saine ne connaît pas le principe selon lequel la fin justifie les moyens. Par exemple, l’opinion internationale athée et matérialiste a déclaré que tout ce qui soutient le socialisme, c’est-à-dire son pouvoir, est moral. Il y a eu une utilisation de ce principe immoral par le clergé lors de la guerre des croisés contre les Albigeois (1209-1229). Pour les guerres hussites également s’applique le principe selon lequel même le bien ne peut être atteint par l’utilisation de moyens immoraux. L’effort entrepris par M. Gorbatchev, qui avait compris que le gouvernement était mortifère sans une moralité réelle des gouvernants et de ses subordonnés, a été digne de respect. L’opinion des terroristes croyants selon laquelle ils servent Dieu et leur religion par leur suicide et meurtres d’innocents et, qu’en récompense, ils parviendront aux cieux, est folle. Ces exemples montrent combien est importante une définition claire de la moralité, qui a été immédiatement après novembre 1989 perturbée par les opinions répandues dans les journaux selon lesquelles, par exemple, les ordinateurs, les autos, les centrales électriques peuvent vieillir moralement. Ils peuvent vieillir, mais seulement techniquement, nullement moralement. Cette opinion fausse contribue à l’idée qu’il est possible et juste d’aménager, modifier et améliorer également les normes morales de la Loi. Le pouvoir humain peut utiliser et abuser pour ses objectifs des lois naturelles, y compris de la Loi, mais dépasser les normes de la Loi par qui que ce soit et à quelque moment que ce soit est immoral et représente toujours un soutien à la décadence de la santé morale des individus et de toute la société. La déchéance de la santé morale se reflète également dans les maladies du corps physique.


Pour que la Loi invariable ne soit pas considérée comme ridicule par les gens, le Législateur a muni la Loi d’une sanction parfaite, la loi de la revanche, c’est-à-dire la justice, pour le respect ou le non-respect des normes de la Loi. Cette sanction n’est toutefois généralement pas immédiate, mais est soumise à un écart dans le temps, et ce allant jusqu’à certaines des futures réincarnations de l’homme. Sans cet écart dans le temps de la revanche, il n’existerait pas de liberté humaine du choix entre la lumière de la Loi et l’obscurité de l’amoralisme. Sans ajournement de la revanche pour la violation ou le non-respect de la Loi n’existerait pas de justice du Législateur, mais un accident, le cas échéant l’arbitraire du plus puissant. L’empereur byzantin Justinien, qui, en 553, avait exclu de la doctrine des chrétiens la réincarnation, a pris part à la reconnaissance rendue plus difficile de cette fantastique justice éducatrice par les gens. L’existence de la réincarnation est attestée dans son œuvre littéraire par la meilleure experte internationale de la Loi Alma Excelsior, qui a vécu à Boskovice en Moravie et est morte en 1956. Son œuvre est un cadeau pour la Culture philadelphique commençante, dans laquelle la Tchéquie et l’UE ont un important rôle prédestiné dans l’épuration des idéaux démocratiques.


La moralité suppose la connaissance des normes de la Loi, un autocontrôle, une autodiscipline, une auto-maîtrise, une auto-éducation et de l’humilité devant la Loi et son Législateur. Le pôle opposé de la violation de la Loi, c’est-à-dire du pêché, est la vertu morale. Les découvertes scientifiques toujours plus probantes attestent que la fabuleuse intelligence incarnée dans le royaume minéral, végétal, animal et humain n’a pas pu naître du chaos des atomes et des molécules, seule par elle-même, sans l’auteur de cette fantastique intelligence. L’existence de l’IPPS (Intelligence la Plus Puissante et Suprême) ne peut être exclue de l’éthique et de la moralité.


Cette brève brochure a un but primaire, à savoir la prévention des opinions contre le développement absurde des gens et de la démocratie, c’est-à-dire contre les conséquences conformes aux lois de l’immoralité, qu’aucun pouvoir obscurantiste ni humain ni intemporel ne peut empêcher, c’est-à-dire d’obstacles à la lumière en nous et autour de nous. Plus d’informations sont disponibles sur www.cz-eu.eu. František Venzara, directeur de la Lumière de la Vérité et de la Loi morale (SPMZ)


L’ensemble du texte de la brochure L’ETHIQUE DE LA BIBLE peut être pour le moment trouvé sur www.cz-eu.eu en anglais et en russe.

 

<< RETOUR

 

Cтарт / Start: 1.3.2007
Oригинал / Original: www.spmz.info
SPMZ • Nádražní 28, 783 13 Štěpánov u Olomouce
Czech republic

IBAN: CZ81 0300 000 0002 5734 6517
BIC: CEKOCZPP

thank you for your support!