10. Introduction aux six publications de l’Association des amis de la loi morale concernant la démocratie, c’est-à-dire la liberté



1. LUMIÈRE ET OBSCURITÉ
Sous-titre: Que devons-nous savoir et faire pour ne pas devenir obscurité

La lumière représente souvent la vie, la sagesse, l’amour, le bien, la démocratie et le paradis sur Terre. Dans le sens inverse, l’obscurité représente la mort, l’ignorance, l’égoïsme malsain, le mal, le totalitarisme et l’enfer sur Terre. La principale différence entre la lumière et l’obscurité consiste dans le fait que l’existence de la lumière est permise par le rayonnement électromagnétique, tandis que celle de l’obscurité l’est par l’absence, le cas échéant le manque de lumière. L’obscurité ne possède toutefois pas de rayonnement électromagnétique propre, elle n’est qu‘un néant vide.


Quel est le facteur provoquant le manque de lumière à l‘intérieur des gens, avant tout dans leur conscience? Le facteur le provoquant est constitué par les obstacles à la lumière que forment les forces des êtres spirituels anormaux. Ces êtres sont devenus anormaux car, à un moment donné, ils ne se sont pas remplis de la lumière nécessaire à l’accès à une autre de leur étape chronologique. Ils ont tout simplement sombré. Il leur a toutefois été permis, dans les limites légitimes, d’influencer négativement les êtres humains qui sont justement en train de vivre leur vie sur Terre. Le fait de devenir disciple de la lumière ou proie de l’obscurité dépend alors de l’individu, de son passé et de sa juste éducation et auto-éducation. Dit dans la terminologie des contes, vendre son âme au diable contre des avantages temporaires et devenir lui-même dans le futur un être anormal, dépend de l’individu et de sa liberté. Pour empêcher cela, l’homme a besoin de connaître l’idéologie type de la démocratie. C’est cette idéologie que présente, entre autres, la présente brochure.


La situation de „pat“ post-électoral après les élections à la Chambre des députés en 2006 a tout de même un apport certain. Elle a, en effet, contribué à la compréhension des citoyens que l’essence et la priorité de la démocratie ne sont pas formées par la lutte des partis politiques pour le pouvoir, mais par la lumière que représente dans la vie des gens sur la planète Terre la loi morale naturelle (ci-après dénommée LOI). La fidélité à la démocratie est ainsi supérieure à la fidélité à un parti. Tout ce qui va à l’encontre des normes de la lumière de la LOI est l‘obscurité, l‘amoralisme, que les gens doivent découvrir en eux et dépasser en entrant sur le chemin de la lumière, à savoir de la LOI. La perturbation de la hiérarchie des valeurs objectivement en vigueur constitue également une source d‘obscurité. Celui qui, dans son intérêt propre ou celui d‘un groupe, subordonne (1) la valeur suprême (idéologie de la démocratie) à une valeur inférieure, devient une source d’obscurité pour lui-même et pour les autres. La capacité biologique à se créer une idéologie conditionne la naissance (2) de la liberté - du pouvoir humain. Le pouvoir humain permet la création de l‘ordre (3) juridique humain. L’ordre juridique doit réguler et orienter (4) les actions des hommes, avant tout dans le domaine des finances et de l’économie. Toutefois, la priorité de l’économie globale n’est pas l’idéologie démocratique, mais le profit, auquel sont également souvent subordonnées les valeurs susmentionnées (1), (2) et (3). La tentative de chaque pouvoir s’efforçant de remplacer la priorité de la lumière de la démocratie, instituée par la nature, par sa propre priorité différente, est une politique d’anti-démocratie, c’est-à-dire d‘obscurité.


L’évolution naturelle de la lumière indique l’évolution du royaume minéral vers le royaume végétal, puis vers le royaume animal, humain et le royaume spirituel. Par conséquent, une évolution donnant la priorité aux valeurs matérielles par rapport aux valeurs spirituelles est illégitime. La vie des gens sur la planète Terre peut être comparée à la vie dans l‘espace souterrain d’un immeuble de plusieurs étages. Mais les étages en hauteur nous sont invisibles, car ils sont formés par la sphère dite spirituelle, les dimensions, les éléments dans lesquels vivent les êtres spirituels. L’ensemble de l‘immeuble a cependant la même essence, qui est l’énergie et ses divers états, inaccessibles aux gens dans le degré actuel d’évolution vers la lumière. Les découvertes les plus récentes de l’astronomie, selon lesquelles la partie souterraine de l’immeuble (l‘univers astronomique) ne représente que 4 pour cent de la matière de l’ensemble de l’immeuble, confirment l’existence de ces étages. La matière de chaque étage porte le nom de matérialité fine, formée par une matière fine dite astrale et éthérée de diverses qualités, et représente 96 pour cent de la matière de tout l‘univers. Le fait que l’homme ne connaisse pas ou ne comprenne pas quelque chose n’est pas la preuve que cela n’existe pas. Il n’y a pas si longtemps, les gens ne savaient absolument rien de l’existence des virus et des particules élémentaires du micro-monde. Aujourd’hui, cela est une évidence. L’espoir qu’ont les obstacles à la lumière qui est de continuer à faire du monde une cendrillon soumise à l’obscurité, est un espoir voué à l’échec.



Štěpánov u Olomouce, 1er février 2007.
František Venzara






2. LES SEPT PRINCIPES DE BASE ET INTANGIBLES DE L‘ÉVOLUTION HUMAINE
Sous-titre: Ce que nous devons savoir et faire pour commencer à nous remplir d’une lumière vivifiante, nullement d’une obscurité mortelle, qui ferait de nous un déchet de l‘évolution

Une révolution spirituelle et des mœurs va bientôt commencer à rattraper de manière systématique la révolution scientifico-technique. Cette révolution ne va pas être lancée par l’une des religions mondiales, mais par le pouvoir public, qui prendra conscience que lui aussi doit se soumettre aux sept principes démocratiques de base susmentionnés. Si l’opinion internationale des gens et de leurs organisations est en contradiction avec ces sept principes découlant de la connaissance de la Loi morale naturelle, cela forme un chemin vers l’obscurité plutôt que vers la lumière. C’est pourquoi l’on peut dire que chaque pouvoir public a le droit et l’obligation d’assurer une évolution saine de la santé morale, en vertu des sept principes indiqués. Ce n’est qu’ainsi que l’évolution de la société réempruntera la bonne direction vers la lumière, ce qui est également le sens de l’existence des gens vivant dans des corps physiques sur la Terre. Ce n’est qu’ainsi que l’on empêchera que des non-démocrates décident de l‘évolution de la démocratie. Ce n’est qu’ainsi que se produira une harmonie entre la vie des gens et l’univers et la nature et leurs lois et plans. Une mauvaise opinion internationale (et le mauvais style de vie en découlant) est toujours le système suprême commandant les gens et leurs organisations et la cause de tout le mal, c’est-à-dire l’obscurité en nous et autour de nous. La révolution permanente des têtes et des cœurs qui s’approche n’enlèvera aucune croyance aux gens, mais ne fera qu‘appliquer le droit et l‘obligation lui étant faite d’informer les citoyens des principes de base de la démocratie, qui sont également conformes aux principes de la liberté humaine et à ceux de l’enseignement de Jésus.


Les sept principes de la démocratie, de la liberté et de l’enseignement de Jésus
1. Intelligence Suprême et la Plus Puissante - ISPP
2. Loi morale naturelle et loi du talion
3. Réincarnation
4. Vie impersonnelle – expression de l‘amour et du service
5. Consommer de la viande empêche les gens de vivre en conformité avec l’univers et la nature et leurs lois
6. Aucune colère et aucune vengeance
7. Enseignement et apprentissage de la liberté, c’est-à-dire de la démocratie



Auteur F. V. - 9/2007






3. DE L’ÉVOLUTION POSITIVE ET NÉGATIVE DU ROYAUME DES HOMMES
Sous-titre: Deux lettres et sélection dans plusieurs journaux et recueils

Cette brochure se base sur l’opinion selon laquelle le pouvoir public, dont disposent les partis politiques se réclamant de la démocratie, a non seulement le droit, mais aussi l’obligation d’assurer que les citoyens, jeunes et âgés, soient informés de la teneur de l’idéologie démocratique, de sa priorité et des valeurs démocratiques. La démocratie n’a qu’une seule priorité, à savoir la culture spirituelle et vertueuse du psychisme humain, conformément aux lois spirituelles naturelles en vigueur, et nullement et seulement la recherche d’un niveau matériel sans cesse grandissant. La vraie idéologie démocratique est le contraire de l‘idéologie matérialiste et athée.


L’évolution malsaine de la société qui saute déjà aux yeux pourrait prendre fin par le fait que le sombre pouvoir spirituel caché, qui tolère voire, même, commande sans doute cette évolution négative, „sauvera“ la société d’un nouveau glissement vers une tragédie inéluctable par une autre révolution qui, bien que remplaçant les manifestations malades de l’évolution, laissera la vraie priorité de la démocratie à son état de cendrillon. Le philosophe français Claude Helvétius (1715-1771), qui a écrit que la voie du despotisme est facile et que le peuple ne voit que rarement le mal que la dictature se renforçant lui prépare, connaissait déjà cette possibilité d’évolution sociale et de pouvoir qu’entraîne la soumission de l’essentiel au non-essentiel. La seule possibilité d’assurer une évolution saine, c’est-à-dire une société et un pouvoir public vraiment démocratiques, est la nécessité d’assurer de manière radicale la formation d’un nombre suffisant de vrais démocrates qui reconnaîtront et réaliseront l’idéologie de la démocratie et sa priorité en eux-mêmes et autour d’eux. Une brève ébauche de l’idéologie démocratique et de ses sept valeurs démocratiques peut être trouvée sur les pages web www.cz-eu.eu. La présente brochure comporte certaines autres informations et opinions qui ne devraient pas être oubliées, mais devraient contribuer à ce que les valeurs spirituelles et impartiales deviennent la priorité de tous les gens et de leurs organisations, à ce que l’ignorance soit remplacée par la sagesse et l’égoïsme malsain par l’effort de vivre pour les autres, en entrant sur le chemin de la lumière, c’est-à-dire de la démocratie et de la liberté. Ce n’est qu’ainsi que les forces spirituelles supraterrestres de l’obscurité perdront leur domination sur les gens.



F. Venzara (mars 2008)






4. LES SEPT PRINCIPES DE BASE DE L’ENSEIGNEMENT DE JÉSUS

L’enseignement de Jésus et l’idéologie citoyenne de la démocratie pure ont une base commune, qui est le droit naturel, c’est-à-dire la Loi morale (ci-après dénommée Loi), déterminant les limites du pouvoir humain, c’est-à-dire la liberté de choix, et qui s’applique pour les croyants et les athées. Si ce pouvoir et cette liberté doivent se développer conformément au plan d’évolution de l’univers et de la vie dans l’univers, il est nécessaire de connaître les normes de la Loi et de s’efforcer, le mieux possible, de les respecter dans la vie quotidienne. Chaque perturbation de la Loi est, par conséquent, une perturbation de la démocratie. Les dix commandements font partie de la formulation la plus célèbre des normes de la Loi. La formulation écrite de l’Association des amis de la loi morale (Sdružení přátel morálního zákona – SPMZ), dite Normes universelles morales, créée par l’Association des amis de la loi morale (SPMZ) en février 1999, la brochure de F. Venzara Les sept principes de base d’une opinion internationale type sur la démocratie et la présente brochure, sont une conception nouvelle.


A la différence de l’idéologie de la démocratie, l’enseignement de Jésus connaît non seulement la Loi, mais connaît aussi le Législateur de toutes les lois naturelles et connaît l’évolution passée et future du royaume des hommes. Le législateur est appelé Dieu, également l’Intelligence Suprême et la Plus Puissante absolue, en abrégé ISPP. La teneur des sept principes de base et intangibles en vigueur pour l’évolution du royaume des hommes est la même pour l’enseignement de Jésus et pour la démocratie, seule la terminologie change. Ainsi, par exemple, les citoyens appellent toutes les violations de la Loi infractions, délits, actes délictueux, crimes, les chrétiens utilisant un seul terme - péchés. Celui qui commet un péché agit aussi contre la loi divine, car le péché est une violation de la loi (1 J 3, 4).


Le but politique absolu pour les démocrates est une société offrant une confiance mutuelle, en ordre, pacifique, honnête, sage et saine, offrant un bon niveau matériel à tous les citoyens, nécessaire pour une vie saine, nullement luxueuse, et rendant le caractère des gens meilleur et les spiritualisant par un enseignement spirituel et moral. Ce but ne peut être atteint qu’en connaissant et respectant la Loi. Le pilier et le but de l’enseignement de Jésus est le royaume céleste, également appelé royaume de Dieu, dont l’accès est également conditionné à la connaissance et au respect de la Loi. L’enseignement de Jésus exprime la priorité donnée à ce royaume par rapport aux biens matériels ainsi: Recherchez avant tout son royaume (de Dieu) et la justice et tout le reste vous sera donné (Mt 6, 32). Le dénominateur commun de l‘enseignement démocratique et de celui de Jésus peut être la formulation suivante: la culture du psychisme humain sur la base de la Loi. L’objectif du sens de la vie des Juifs a été exprimé par l’Ancien Testament, la première partie de la Bible, en des termes selon lesquels l’homme doit se développer à l’image de Dieu, qui n’est pas matérielle, mais spirituelle, c’est-à-dire céleste. La priorité spirituelle, c’est-à-dire céleste, est exprimée dès la première phrase de la Bible: A l‘origine, Dieu créa le ciel et la terre. Ainsi exista tout d’abord l’énergie du ciel et une petite partie de quatre pour cent, que nous appelons univers astronomique, s’en détacha. L’astronomie appelle cette transformation de l’énergie céleste dans la matière de l’univers astronomique le big bang, le Grand Fracas. La matière sert uniquement de moyen évolutif temporaire de la vie sur terre sur le chemin menant à Dieu. La matérialisation de la vie des gens est un pas en arrière. La vie des êtres dans des corps physiques n‘est, du point de vue du temps, qu’une fraction minuscule des sept grandes étapes évolutives de l’univers et de la vie dans l‘univers, vers les destinations prédéterminées. Les démocrates soutiennent le chemin en avant, les non-démocrates soutiennent le retour en arrière.


Lorsque la République tchèque naquit par la partition de la Tchécoslovaquie, le premier ministre, Václav Klaus, déclara dans son discours du Nouvel An 1993, qu’à côté des réformes politiques et économiques, notre avenir allait également être prédéterminé par le lancement de la renaissance spirituelle de la société tchèque, conformément à la tradition chrétienne dans l’acception la plus large du terme. Cette troisième réforme attend toujours sa réalisation. Cette tradition chrétienne la plus large peut être trouvée dans l’enseignement de Jésus concernant le royaume céleste, indiqué dans le Nouveau Testament, la deuxième partie de la Bible. La présente publication, comme d‘autres de la Lumière de la vérité de la Loi morale et les pages web de l’association SPMZ www.cz-eu.eu, devraient contribuer au lancement et à la réalisation d’une renaissance spirituelle sans cesse plus actuelle de la société, sous la conduite du pouvoir public, par l’intermédiaire du ministère de l’Education et de l’Enseignement. Ces ministères représentent les principaux instruments du droit et de l’obligation faite à l’Etat, qui est d’assurer une bonne formation de nouveaux démocrates, sans lesquels la vraie société démocratique ne peut exister et se développer dans une bonne direction, une direction positive.


Les sentences de la Bible utilisées sont retirées d’une traduction œcuménique de la Bible et doivent démontrer la similitude de leur contenu avec celui des sept principes démocratiques de base, mentionnés sur la page de titre de la présente brochure. Le lecteur trouvera les abrégés pour chaque partie du Nouveau Testament dans la Bible.



František Venzara (avril 2008)






5. QUI NOUS GOUVERNE? LE MOI SUPÉRIEUR OU LE MOI INFÉRIEUR?
Sous-titre: Que doit savoir et faire l’individu pour libérer son Moi supérieur de la domination de son moi inférieur?

Le gain même du jackpot absolu n’est rien en comparaison avec le gain que l’individu peut gagner s’il commence à vivre conformément à l’ordre de l’univers et de la nature en prenant conscience que l’homme n’est pas l’intelligence suprême dans l’univers, que tout ce qu’il aime ne contribue pas forcément à son développement vers la perfection spirituelle prédéterminée par la nature. Cette première étape s’appelle dans la science spirituelle l’éveil du principe du moi supérieur, c’est-à-dire du Moi supérieur (de l‘esprit), vers une activité étant la seule capable (et y étant prédestinée) de maîtriser graduellement le principe du moi inférieur de l’individu, c’est-à-dire le moi inférieur, que l’on appelle également âme. L’âme est le principe du moi inférieur car, dans un passé profond, elle a été chargée du fait de l‘évolution d’une astralité instinctive, qui s’exprime entre autres également par un désir de domination, également globale. La transformation de cette astralité instinctive et égoïste (éveil du Moi supérieur) s’appelle épuration de l‘âme. Mais l’épuration n’est pas une affaire simple que l’on peut effectuer en une seule fois, mais bien un processus complexe de longue durée d’enseignement et d’auto-enseignement. Si la paix doit être atteinte à l’intérieur des gens et entre eux (et les Etats et les peuples), il est alors nécessaire que l‘éducation cultivant le caractère humain par l’épuration de l’âme devienne une priorité dans la vie de chaque individu et Etat. C’est ce dont s’efforce l‘association SPMZ – Association des amis de la loi morale (Sdružení přátel morálního zákona). Chaque Etat ainsi que l‘organisation éducative de l’UNESCO devraient s’y efforcer.


L’impulsion pour l’éveil du Moi supérieur peut être la prise de conscience de la vérité selon laquelle tout dans l’univers est soumis aux conformités naturelles, et ce y compris l’évolution du pouvoir humain. La science exacte a découvert l’intelligence énorme incarnée dans l’univers et dans la vie dans l’univers, une intelligence qui n’a pu naître par une évolution accidentelle, mais est la manifestation de l’Intelligence Suprême et la Plus Puissante (ISPP), que les chrétiens appellent Dieu.


La manifestation de la domination du moi inférieur sur le Moi supérieur jusqu’alors non éveillé est le matérialisme et son compère – l’athéisme. Et si, par malheur, ce matérialisme d’opinion se transporte dans le système vasculaire des gens et se manifeste ensuite par des infarctus et des attaques cérébrales, qui forment les causes les plus fréquentes de décès des personnes? Le cancer occupe la deuxième place dans les causes de décès humains. Un spécialiste des affections tumorales, le professeur Šekl, définit la tumeur comme suit: „Il s’agit d’un excès de croissance tissulaire qui échappe à l’unité d’ensemble du corps.“ Cette définition peut toutefois être également utilisée pour un excès d’égoïsme trop avancé par lequel l’individu se détache de l’ordre de l‘univers et, de ce fait, de l’ordre de son organisme propre, formant dans l’individu de manière latente et par ses propres forces un micro-univers individualisé. Nous pouvons également trouver un certain lien dans la douceur que provoque la surabondance d’un abus égoïste de la force procréatrice des gens. Cette douceur peut facilement pénétrer dans le sang des personnes qui seront par la suite, par exemple lors de leur prochaine incarnation, atteintes de diabète.


L’éveil de l’esprit humain peut être identifié aux débuts de la vie consciente conformément à l’ordre de l‘univers. Ces débuts sont également appelés entrée sur le chemin de la Loi (naturelle morale) ou sur le chemin de la démocratie pure. Toutefois, ce chemin n’est pas qu’une promenade reposante, mais parfois une lutte difficile entre le bien et le mal, la démocratie et le totalitarisme, la vérité et le mensonge, l’autodiscipline et l’irresponsabilité, la décence et l‘indécence, l’honnêteté et la malhonnêteté, les méchancetés insidieuses et leur non-revanche, l’amour et l’égoïsme, la non-violence et la violence, la sagesse et la finasserie, la légitimité et l’amoralité, le savoir et l‘ignorance, la remoralisation et la démoralisation, le fair-play et l‘unfair-play.


L’article La Russie au seuil d’une sérieuse crise démographique (Právo du 6 janvier 2001) décrit à quoi cela ressemble dans un Etat dans lequel le moi inférieur a régné pendant un certain temps sur le Moi supérieur et dans lequel la priorité de l’Etat n’a pas été l’éducation de démocrates mais celle de combattants pour la domination mondiale: „L’alcoolisme, la misère, des maladies infectieuses qui ont déjà disparu dans les pays occidentaux, un environnement détruit – tout cela contribue au fait que la Russie est déjà menacée par une baisse dramatique du nombre de ses habitants.“ Même chez nous, l’éducation menant à une démocratie pure, c’est-à-dire l’enseignement d’une domination du Moi supérieur sur le moi inférieur, n’est déjà plus depuis longtemps une priorité de l’Etat.


Le grand intellectuel juif décédé il y a peu, le professeur Eduard Goldstücker, a publié dans le journal Právo du 25 octobre 2000 son opinion alarmiste: „Il n’y a aucun progrès. Il existe sans doute uniquement un progrès dans le perfectionnement des mécanismes servant à la domination du monde. Dans le but – et avant tout et principalement – du profit. Tout le reste, ce qui vient se rattacher au profit, est secondaire et insignifiant. Nous vivons dans un état éveillé une marche vers la catastrophe.“ L’information suivante est du même ordre: „Le mensonge s’institue en tant que système mondial.“


Que doit donc faire la majorité du peuple qui ne se rend pas aux urnes? Pencher systématiquement vers la vérité, au sujet de laquelle la jusqu’alors peu connue meilleure représentante de notre peuple, Alma Excelsior, (1887-1956), a dit que la vérité vit par Dieu et Dieu en elle. Cette vérité est alors similaire au chemin de la Loi, le chemin de la lumière et de la démocratie pure. Ce penchant vers la vérité au niveau des principes du moi de l’individu est la meilleure défense, médicament et prévention contre la domination du moi inférieur sur le Moi supérieur, contre le règne nullement de dirigeants, mais de tentateurs, ne créant pas les bonnes conditions pour que les gens deviennent librement et sur la base de leur propre conviction – meilleurs.



A Štěpánov u Olomouce, le 6 janvier 2001.
František Venzara






6. DU MESSAGE BIENFAISANT DE LA BIBLE POUR LES ATHÉES ET LES CROYANTS
Sous-titre: Manuel de sagesse et d‘amour

La Bible fait partie des best-sellers mondiaux grâce à son message spirituel et éthique. Cette brochure a omis les histoires bibliques et fournit au lecteur un message pour lui dire qu’il est né pour se développer à l’image de Dieu, c’est-à-dire l’évolution possible la plus élevée de l‘homme. La Bible comporte également un enseignement sur la bonne façon dont l’homme doit penser, ressentir, parler et agir pour parvenir à l’objectif prédestiné de la vie humaine, pour se rapprocher graduellement lui-même et rapprocher les autres de cet objectif. Si l’homme se comporte dans le sens inverse, il se crée seul des obstacles pour ce qu‘il désire le plus: le bonheur, la paix intérieure, la sécurité, la santé, un bon niveau de vie. Ces personnes font ce qui est mauvais aux yeux du Seigneur. Si elles peuvent obtenir à l’aide de l’amoralisme certains avantages, généralement matériels, ceci n’est que temporaire. Et au détriment de leur évolution spirituelle. Cela a également été exprimé par le plus grand orateur romain, le grand homme d’Etat, écrivain et philosophe Marcus Tullius Cicero (106-43 avant J.-C.), qui a écrit que seul un acte qui est dans le même temps honorable, c’est-à-dire moral, est profitable à l’homme. Ce n‘est qu’ainsi que l’homme ne corrompt pas le chemin de sa propre vie et celui des autres. Notre philosophe Emanuel Rádl (1873-1942) s’est exprimé ainsi: „Comment revenir à l’idée selon laquelle l’ordre moral est le maître suprême du monde?“


L’unicité de la Bible est donnée par le fait que, par l’intermédiaire de prophètes, que l’on appelait également voyants, c’est-à-dire des personnes spirituellement très avancées, „Dieu annonce à l’homme ce qu’il pense“ (Am 4, 13). C’est pourquoi on appelle aussi la Bible les Saintes Ecritures. (La signification des abrégés est indiquée dans la traduction œcuménique de la Bible datant de 1985). Jésus-Christ (appelé ci-après J. C. ), qui a dit: „Mon message n’est pas le mien, mais le message de celui qui m’a envoyé“ (J 7, 16; 12, 49;14, 24), fait partie des plus grands et des meilleurs interprètes de la vérité de Dieu. Celui qui a envoyé J. C. sur la Terre est Dieu, l’Intelligence suprême et la plus puissante dans l’univers, dans les royaumes spirituels et matériels. „Oui, Dieu veut que chacun connaisse la vérité“ (1 Tm 2, 4) – sans laquelle aucun progrès de l’homme, de l’humanité n’est possible, ni vers la vérité scientifico-technique, ni vers la vérité éthique, culturelle et sociale.


La Bible se compose de deux parties. De l’Ancien Testament, qui comporte l’enseignement et l’histoire des anciens Juifs, et du Nouveau Testament, qui nous informe sur le fondateur du christianisme, la personnalité historique de J. C. et sur son enseignement. L’Ancien et le Nouveau Testament se basent sur les connaissances de la Loi morale naturelle. Il n’est toutefois pas dans les forces et les possibilités humaines d’annuler la validité de cette Loi, le cas échéant d’échapper sur le long terme aux conséquences d’une transgression ou d’une infraction à la Loi. Nous pouvons donc comparer chaque acte humain à un boomerang, qui – après une période plus ou moins longue, dépassant généralement celle d’une vie humaine sur Terre – revient vers celui qui l’a lancé. (Sans cette possibilité de réincarnation, il n’y aurait pas de justice sur Terre et Dieu serait un arbitre injuste.)


L’opinion selon laquelle la superstructure mentalo-spirituelle n’est que la manifestation de la base physique, c’est-à-dire du corps physique, peut être comparée à l’opinion moyenâgeuse selon laquelle le Soleil se lève réellement le matin et tombe le soir, c’est-à-dire que le Soleil tourne autour de la Terre 1 x toutes les 24 heures. Selon la Bible, cette „superstructure“ forme toutefois justement la base sur laquelle repose la vie du corps physique de l‘homme: „ Ce qui donne la vie est l’esprit, le corps en lui-même ne signifie rien“ (J 6, 63). Le corps physique n’est qu’une partie du royaume minéral. L’évolution de l‘homme vers la perfection spirituelle et morale est toutefois permise par le corps physique. Les forces spirituelles cosmiques et macrocosmiques sont également incarnées dans le corps physique.


Ce n’est qu’en reconnaissant l’existence de la Loi morale (et si nous reconnaissons la Loi, il faut aussi reconnaître le Législateur) que l’homme arrêtera de vivoter sur la Terre et de perdre son temps (indépendamment du niveau de bien-être matériel atteint ou de la formation scolaire obtenue) et commencera à devenir un homme cultivé, sage et spirituel, avec une santé morale (tout comme, par la suite, physique) ferme.


Ce travail n’a pour but que de simplifier l’orientation dans la Bible et la connaissance de son message éthique non déformé. Il ne peut en aucun cas remplacer la Bible et son étude.






7. DE LA VÉRITÉ
Sous-titre: Comment la traduction œcuménique de la Bible a contribué à considérer de manière erronée que le message aux Juifs 9, 27 est la preuve de la non-existence de la réincarnation

Maintes personnes sont convaincues que la justice sur Terre n’existe pas… Pourquoi l’homme devrait-il être correct et honnête, ne devrait pas mentir et appeler les choses par leur vrai nom si cela ne lui apporte que des désagréments et des inconvénients? La réponse est la suivante: car c’est une obligation donnée par l’ordre de l’univers et de la nature. L’accomplissement de cette obligation permet à l’homme de vivre de manière saine et de se développer dans le bon sens, c’est-à-dire un sens positif et de se préparer pour lui-même un bon avenir et un bon destin. Et quid de la défense des gens corrects contre les mauvais puissants? Ne pas se prêter à la vengeance pour des injustices et des brimades, ne pas devenir instrument de l‘amoralisme. Alors s’appliquera la phrase de Saint-Augustin: Préserve l’ordre et l’ordre te préservera. L’effondrement idéologique mondial des individus et de la société vers le matérialisme, l’athéisme et le droit du plus puissant et du plus fort, c’est-à-dire le droit de la jungle et du totalitarisme, qui pourrait mener à un système esclavagiste moderne, faisant des citoyens des zombies, c’est-à-dire des personnes privées de leur humanité (et de la possibilité d’un juste développement spirituel), est également lié à la négation de l’existence de l’ordre (naturel) et de ses lois. La négation de l‘existence de l’ordre naturel mène également à la négation de la réincarnation. La fausse idée selon laquelle la responsabilité de l’homme dans l’utilisation ou l’abus de son pouvoir s’achève à sa mort, réduit la résistance de l’homme contre la tentation et la pression de l’amoralisme, pour que l’homme devienne son serviteur dévoué contre l‘aide fournie et les avantages et sécurités temporaires qui y sont liés. La contradiction existant depuis des siècles déjà entre l’Occident et l’Orient au sujet de la réincarnation, provoquée par le pouvoir impérialo-papiste de l’empereur Justinien, sera bientôt supprimée avec la culture philadelphique en pleine expansion, dont la fondatrice est la meilleure experte mondiale de la Loi morale naturelle, Alma Excelsior (1887-1956).


Le pouvoir éducatif est indissociablement lié à chaque détenteur de pouvoir humain. C’est pourquoi Confucius disait que gouverner signifie éduquer et c’est pourquoi l’Etat, surtout, a l’obligation de transmettre aux jeunes générations dans les écoles les acquis de base spirituels et moraux, qui les amèneront sur la voie de la Loi, c’est-à-dire de la loi morale naturelle, qui est identique à la voie de la démocratie pure, à la voie de la vérité, de la sagesse et de l’amour spirituel. Cet enseignement devrait être indépendant des dogmes des églises existantes. Les principes de base de la démocratie ne devraient pas être, dans l’éducation civique dispensée dans les écoles, comme une aiguille plantée dans une botte de foin.






8. „Maat“
principe de pensée de l’ancienne Egypte

„Maat est le principe de l’ensemble de la pensée de l‘ancienne Egypte. Ce principe ne peut être exprimé par un seul mot; il inclut en effet en soi plusieurs notions en même temps: vérité, droit, justice, ordre et système. Et, selon la croyance de ce pays, ce principe a été offert aux habitants de l’Egypte par les dieux lors de la création du monde. Le pharaon en était le garant et les Egyptiens s’efforçaient ensuite de réaliser ce système dans toutes leurs actions.“ (Professeur Miroslav Verner de l’Institut tchèque d’égyptologie dans l‘hebdomadaire ROZHLAS n° 21/2008.)



František Venzara - 8. 6. 2008


 

<< RETOUR

 

Cтарт / Start: 1.3.2007
Oригинал / Original: www.spmz.info
SPMZ • Nádražní 28, 783 13 Štěpánov u Olomouce
Czech republic

IBAN: CZ81 0300 000 0002 5734 6517
BIC: CEKOCZPP

thank you for your support!